La Charmille

Charmille (2)

La charmille est une plantation d’arbres nommés charmes, faite en double rangée de manière que, lorsque les arbres grandissent, ils forment une voûte s’appuyant sur une structure métallique.

La Charmille du Haut-Marêt (ou Haut-Marais) à La Reid est connue comme la plus longue d’Europe, grâce à ses 573 mètres (et encore, elle était d’une longueur double au moment où elle a été plantée !) ; elle compte environ 4.700 plants de charmes, qui sont entretenus par l’Ecole d’Agronomie voisine (un mois de travail par an par une équipe de jeunes étudiants encadrés par des professeurs).

La Charmille est accessible gratuitement tout au long de l’année. Sa promenade est agréable quelle que soit la saison, car les couleurs varient du blanc à différents verts en passant par toutes les nuances de doré !

En 2016, grâce à une collaboration efficace entre le Syndicat d’Initiative de La Reid et la coopérative theutoise Vins et Élixirs de Franchimont, est née la Merveille de la Charmille, une liqueur crée avec des bourgeons de charmes de la Charmille de La Reid.

♠♠♠♠♠

Un peu d’histoire…

La Charmille : en 1878, Michel Nys, propriétaire du domaine de Haut-Marais, aménageait son domaine en y plaçant des piliers de pierre de taille aux différentes entrées de ses terres. En 1885, Victor Charlemagne Thorez et Mathieu Compère, cantonniers, plantaient une charmille de 4700 plants entre le hameau de Vertbuisson et Haut-Marais afin d’agrémenter le domaine de Nys. C’est le forgeron local, Adolphe Cortin, qui a cintré les arceaux métalliques qui forment toujours l’ossature du tunnel de la charmille.

Si on cite actuellement la longueur de 573 mètres pour cette plantation, elle était d’environ 1000 mètres en 1940. Cette partie manquante, endommagée par les chars allemands en mai 1940, ne fut pas replantée après le conflit. Cette allée (ou drève) de l’ex-charmille détruite fut nommée en 1995 « Drève Thorez » à la mémoire de Pierre Thorez (1893-1974), original bourgmestre de La Reid (de 1921 à 1932 et de 1953 à 1959). Il fut, à 28 ans, le plus jeune bourgmestre de Belgique. Le pittoresque de ce personnage est toujours dans la mémoire des Reidois.

Cette charmille, tombée dans l’oubli et laissée à l’abandon avant 1975, a été classée en 1979 et restaurée entièrement avant 1985. C’est grâce à l’entretien assidu des étudiants de l’école de la rue du Canada qu’elle est citée comme une des plus belles charmilles d’Europe.

Jean-Luc Seret, 2015,
pour Theux, mon pays